Peintre Ceramique Pate de verre Joseph Angilella Auquier

 

Pâte de verre de cristal

Joseph Angilella Auquier Verrier des années 80

 Peintre et céramiste il dirige la Galerie d'Art l'Arche depuis 1985.

Il a exposé de nombreux verriers des années 80.

VERRE SOUFFLE

ACONITO Pascal, ANGILELLA Joseph, BEGOU Alain, BRANLE Raymond, BUFKENS Caroline, DEGUE, GALLE Emile, GARSIN Jean Luc, GUYOT, GUILLOT Allain, DEFEURE Georges, DE FEURE Georges, LAURENT Eric, LE LONQUER François, LEROLLE Alain, LOUMANI A. et A., LUCE Jean, LUZORO Michele, MALGOUIRES Laurent, MALLEMOUCHE Olivier, MATEUS Jean pierre, MILOUS Pierre (vitraux), MONOD Claude, MONOD Isabelle, MONOD Véronique, MORIN Claude, MORIN Nicolas, PIERINI Robert et Antoine, RASPAIL Hervé, RUGLAND Reidun, SABA Marcel, SCHNEIDER : LE VERRE FRANCAIS, UNTRAUER Guy.

Joseph ANGILELLA AUQUIER a crée des sculptures en pate de verre à la fin des années 1980.

 

Joseph Angilella Auquier pâtes de verre

 Dans ces verres de cristal où jouent la transparence et l'opacité tout est dualité : le spirituel s'oppose à la matière, la technologie lutte avec la nature, la magie fait face à la science, la passion se joue de la raison, le raffinement se heurte au barbare. Le coté brut, barbare, est associé sur une même pièce à la sophistication.


Si l'on trouve une symbolique proche de la mythologie, de l'homme Prométhée, du mythe d'Icare ou de l'enfer de DANTE, c'est une recomposition de l'art du passé avec l'art du présent. La matière représentée par la technologie, serie de signes mécaniques-industriels, la nature (roches-stratifications géologiques), l'humain (le corps, l'esprit, l'homme) s'opposent en une synthèse visuelle. L'homme suit une sorte de chemin initiatique, ponctué d'une série de signes, pour aboutir à la connaissance.


L'analyse de ses oeuvres dégage deux types d'éléments toujours présents qui se fortifient l'un l'autre tout en se complétant. Exaltation de la beauté de la nature, du corps féminin ou de notre monde informatique et industrialisé et inquiétude de l'artiste qui voit l'être humain broyé par la mécanique qu'il ne maîtrise plus, sont en dualité permanente.
Mais l'artiste se ressource dans cette matière riche et minérale, qu'il veut proche du magma originel et de la lave en fusion, comme a l'origine du cosmos, c'est pour lui la quête des origines.


Cette oeuvre de sculptures de pâte de verre de cristal ne peut se détacher de son oeuvre de céramiste et surtout de son oeuvre picturale.

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier (2)

 

 Envol. Pate de verre de cristal de Joseph Angilella Auquier 1988

 

In these glasses of crystal when transparency and opacity intervene, everything is duality : the spiritual is opposed to the matter, technology fights against nature, magic is facing science, passion titillates reason, refinement goes against barbarous. The rough and barbaric side is associated on the same item with sophistication.
If one finds symbolism near mythology, Prometheus, or the myth of Icare or the Hell in Dante's work, it is a mixture between the art of the past and the art of the present. The matter represented by technology, series of mechanical and industrial signs nature (rock, geological stratification), human (the body, the spirit, the man) are opposed together in a visual synthesis.
The man follows a kind of initiation quest, punctuated with a series of signs, to finally end in wisdom.
The analysis of his works brings out two types of elements alway's present, which strengthen and complete one another. Exhalation of the beauty of nature, of the woman's body, or of our computerised and industrialised world but also the worries ofthe artist, who sees the human being broken down by the mechanism he can no longer control, are constantly in duality.
However the artist finds his inspiration in this rich inorganic matter, which he wants as close as possible from the original magma and the molten lava, like at the beginning of the cosmos. It is for him the quest for origins.
This sculptural work in molten glass must be coupled with his works in ceramics and above all his paintings.

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier (3)

 "Le couple et la comete" 47 x 24 cm

 

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier (4)

 

La chute d' Icare. Pate de verre de cristal de Joseph Angilella Auquier 1989

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier (5)

  Icare  51 x 21 cm. Pate de verre de cristal

 

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier (6)

 

 "La vague aux ames" 42 x 26 cm

 

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier (7)

 "Matiere et esprit"

 

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier (8)

 

 "Le couple et la comete" 47 x 24 cm

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier (9)

 "Diablotin"

 

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier (10)

 

 

Pate de verre Joseph Angilella Auquier

 Visage et pyramide. Pate de verre de cristal de Joseph Angilella Auquier 1989

 

Voir aussi nos :
Ceramiques -Sculptures -Peintures
Photos expo Auquier

La pâte de verre

Grande Dame du verre artisique, la pâte de verre est souvent confondue avec le moulage ou casting. Pourtant, même si les techniques sont assez proche, la pâte de verre possède une histoire antique et contemporaine ainsi qu'une réelle spécificité.

Etienne Leperlier, artiste, pionnier de la pâte de verre contemporaine, manie avec dexterité cette technique rigoureuse avec son frère Antoine Leperlier. Il nous explique son point de vue.

"Je ne sais pas moi-même si je fais encore de la pâte de verre, commente-t-il. La spécificité de cette technique consiste à maîtriser la coloration dans la masse, ce qui n’est pas simple. Les techniques ont évolué rapidement avec des artistes comme Tessa Clegg ou Diana Hobson. Quand François Decorchemont a débuté, il appelait son travail pâte de verre à la cire perdue. Ce qui constituait déjà une évolution. Même Émile Gallé se vantait d’en faire, alors qu’il n’y a jamais touché de sa vie ".

Technique

La Pâte de verre est un procédé de mise en forme à froid de verre concassé ou broyé en poudre, parfois agglutiné en pâte par un liant, disposé dans des moules en matériaux réfractaires, puis recuit vers 800°. Le verre pulvérisé mélangé à des éléments agglutinants peut être directement mis en place au pinceau dans des moules qui restent souvent ouverts, selon le procédé de l’estampage. Les morceaux de verre concassé peuvent également être disposés dans un moule à la cire perdue ainsi que dans un réservoir qui le surplombe et s’écouler pendant la cuisson dans l’espace ménagé

Pour les grosses pièces, le refroidissement, effectué dans le même four, est très long, pouvant durer jusqu'à plus d'une semaine, ce qui explique le prix de revient élevé des oeuvres.

Historique de la technique

Très ancienne, antérieure à la découverte du verre soufflé à la canne, cette technique fut superbement utilisée par les Phéniciens et les Egyptiens, avant de tomber en désuétude pendant plusieurs siècles. Les trésors des tombes pharaoniques en fournissent d’abondants vestiges: amulettes, bijoux, décors précieux du mobilier funéraire. Ce n’est qu’à la fin du XIX siècle, que la Pâte de verre fut redécouverte par Henry Cros (1840-1907), sculpteur symboliste passionné d’archéologie, qui en fit son matériau d’élection.

Durant la pèriode Art déco, Francois Decorchemont et Gabriel Argy-Rousseau innovent chacun de leur coté et découvre de nouvelles possibilités techniques.

De nombreux artistes comm Jean Arp, Salvador Dali l'ont approché dans les années 60. Antoine et Etienne Leperlier, petit fils de Françoiss Decorchemont, la revitalisent au niveau artistique international

En Angleterre Keith Cummings, Diana Hobson et Tessa Clegg, Aux Etats-Unis James Watkins et David Reeckie, Au Japon Etsuko Nichi et bien d'autres, réhabilitent cette technique qui procure à chaque fois une émotion si profonde.